RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
25/09/2015

Forêts d'Amazonie : 20 ans pour reconstituer leur stock carbone




Une étude scientifique révèle que les forêts amazoniennes sont capables de retrouver leur stock de carbone initial en 7 à 21 ans lorsqu'elles sont exploitées selon des techniques minimisant l'impact environnemental. Un résultat qui souligne le fait que les forêts durablement exploitées jouent un rôle fondamental dans le stockage de carbone et donc dans la lutte contre le changement climatique.


Source : Pixabay, image libre de droit.
Source : Pixabay, image libre de droit.

Une étude, publiée dans la revue Current Biology le 21 septembre, montre que les forêts d’Amazonie reconstituent leur stock de carbone en 20 ans. Cette étude montre également que la durée de cycle de rotation de 20 à 30 ans, imposée par les lois forestières en Amazonie en parallèle d'une exploitation sélective, est suffisante pour la reconstitution des stocks carbonés.

Un communiqué du Centre International en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD) revient sur les enjeux d’une telle étude.


S’intéresser à la reconstitution de la biomasse forestière

Le communiqué du CIRAD revient d’abord sur les bases qui ont conduit à une telle étude : « Bien que la moitié des forêts tropicales soient destinées à la production de bois d'oeuvre, nos connaissances de l'impact de l'exploitation sélective sur leur dynamique et leur capacité à reconstituer leur stock de biomasse à l'échelle régionale restent limitées. » C’est donc pour cela que cette étude tombe à pic, car c’est la première à s'intéresser, « à l'échelle de l'Amazonie, à la reconstitution de la biomasse forestière aérienne après exploitation. »

L’étude affirme en fait que le temps de reconstitution du stock carbone des forêts d’Amazonie « ne varie pas selon la localisation géographique. » Ainsi, « les chercheurs du réseau ont travaillé sur 10 sites expérimentaux répartis dans tout le bassin amazonien et regroupant un total de 79 parcelles sur une surface totale de 376 ha. Ils ont estimé le temps nécessaire après exploitation pour que la forêt reconstitue son stock de carbone initialement contenu dans la partie aérienne des arbres et perdue pendant l'exploitation. »
 
 Ainsi, l’étude révèle d'une part que, « dans les conditions actuelles d'intensité de prélèvement - entre 10 et 30 m3 de bois d'oeuvre/ha - le temps de reconstitution de la biomasse varie entre 7 et 21 ans. » Ervan Rutishauser, consultant du Cirad explique : « Il s'agit d'une durée très courte comparée au temps nécessaire pour récupérer le volume de bois exploités, qui peut être lui d'une centaine d'années ou même plus »
 
D'autre part, l’étude souligne que « le temps de reconstitution ne varie pas selon la localisation géographique, malgré les différences notoires des conditions environnementales dans la région. » Bruno Hérault, écologue au Cirad explique ainsi : « Ce résultat constituera un outil précieux pour l'aide à la décision auprès des gestionnaires et des politiques. »
 
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche