RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
18/06/2014

Fiscalité écologique, la Fondation Nicolas Hulot craint l’abandon des travaux




Dans un communiqué la Fondation pour la nature et l'homme de Nicolas Hulot rejoint les autres associations de défense de l’environnement qui craignent que la fiscalité écologique disparaisse. Les militants montrent du doigt l’arrêt des travaux du Comité pérenne pour la fiscalité écologique.


Fiscalité écologique, la Fondation Nicolas Hulot craint l’abandon des travaux
Depuis le 5 juin, et l’annulation de la séance plénière du Comité pérenne pour la fiscalité écologique, les associations écologistes s’inquiètent. Après avoir salué la prise de position du gouvernement, notamment pour l’écotaxe, elles ont vite déchanté en réalisant que la fiscalité écologique était un sujet sensible pour la majorité. Ce volet de la transition énergétique est celui qui rencontre le plus de résistance de la part des acteurs économiques, en témoigne les mouvements de contestation bretons fin 2013.
 
 « La suspension sine die des travaux du comité, à ajouter à celle de l'éco-redevance poids lourd, sont de très mauvais signaux. Le gouvernement parait se résoudre à une écologie incantatoire quand l'atteinte des objectifs qui seront affichés dans le prochain projet de loi de transition énergétique nécessite tous les leviers à la disposition de l'Etat parmi lesquels la réglementation, l'investissement, mais aussi la fiscalité. Nos organisations demandent à ce que le comité reprenne ses travaux au plus tôt afin de formuler des propositions concrètes pour la loi de finance 2015 » affirme la Fondation de Nicolas Hulot dans un communiqué.

Mise en suspend, mauvais signe pour les associations

La mise en suspend du comité ne passe pas pour les militants écologistes.  « Le comité travaillait à l'adoption d'une série d'avis sur des mesures positives pour les ménages : prime à la conversion sur le fioul et sur les vieux véhicules polluants, bouclier énergétique pour les personnes en situation de précarité énergétique » continue le communiqué.
 
La Fondation estime qu’à un an de la Conférence de Paris, l’arrêt des travaux du comité est un très mauvais signal. Pour conclure, le texte affirme que « le moment n'est (…) pas venu d'enterrer le comité pour la fiscalité écologique, mais plutôt de l'encourager à proposer des mesures justes et efficaces pour le projet de loi de finances pour 2015, à commencer par une trajectoire ambitieuse pour la contribution climat énergie. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche