RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
05/09/2014

« Et si le pacte de responsabilité conduisait à plus de RSE ? »




Sur son blog, le spécialiste en RSE Patrick d’Humières, s’interroge sur les opportunités que représente le Pacte de responsabilité dans ce domaine. Le rapport entre compétitivité et responsabilité que le gouvernement a souligné pourrait ainsi être le signe d’un consensus sur le principe de responsabilité de l’entreprise.


« Et si le pacte de responsabilité conduisait à plus de RSE ? »
Sur son blog le spécialiste de la Responsabilité sociale des entreprises (RSE), Patrick d’Humières, porte un éclairage intéressant sur les fruits du pacte de responsabilité. Dans un papier intitulé « Et si le pacte de responsabilité conduisait à plus de RSE ? », le président de l’Institut RSE management explique que « pour ceux qui ont écouté le Premier Ministre et les dirigeants d'entreprise à l'Université du Medef, les deux mots clés du débat de rentrée français sont compétitivité et responsabilité. Signe des temps et de la maturation de la société français, ils ne sont plus séparables : le consensus gagne sur le fait qu'on ne lèvera les blocages à la croissance que par la voie d'une « création de valeur », pas seulement partagée mais bel et bien négociée à la base. »

Compétitivité par la responsabilité

Plus loin M d’Humières explique que « dans le monde qui vient, les pays qui gagnent sont ceux qui savent articuler croissance et responsabilité, non dans l'incantation mais dans la méthode opérationnelle. »
 
Selon lui, l’Etat et l’entreprise doivent savoir se répartir les tâches pour qu’un environnement favorable s’installe. « Pour ce qui est de l'Etat, il doit fournir les conditions de la compétitivité. Pour ce qui est de l'entreprise, il est clair qu'elle ne peut plus se limiter à l'affichage de bonnes pratiques, à des déclarations générales et même à de bonnes actions sociétales qui sont trop éloignées des enjeux directs sur lesquels elle est attendue (intégration des jeunes, formation, santé, contribution locale etc..). »
 
Cette analyse est intéressante en ce qu’elle rappelle que la RSE n’est pas un engagement à perte pour les entreprises, au contraire.  Mais pour que cela soit possible, il faut qu’une vraie évolution des mentalités s’opère : « Les appels au « pacte de responsabilité » sont la voie d'un nouveau deal, vital pour notre pays, mais qui ne produira des changements de fond dans la capacité des acteurs à se faire confiance, pour se mobiliser ensemble dans les projets innovants, que si on se persuade qu'il y a des méthodes, des comptes, des outils pour y parvenir de la bonne façon. »
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche