RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
15/06/2016

Environnement : les dangers de la pollution lumineuse

Sébastien Arnaud



Près de 80 % de la population mondiale vit sous un ciel artificiellement lumineux, selon les informations d’une équipe de scientifiques qui vient de les publier dans un Atlas mondial de la clarté artificielle du ciel nocturne.


Un article en ligne du site www.clicanoo.re explique qu’à la Réunion, « 95 % de la population regarde un ciel nocturne fortement dégradé par la pollution lumineuse. »

En effet, « depuis huit ans à la Réunion à l’initiative de la SEOR sont organisées des nuits sans lumières » et « cette année, l’opération a couvert presque trois semaines entre le 5 et le 24 avril. »

En fait, ’objectif premier « est de ne pas perturber l’envol des pétrels de Barau qui quittent à cette époque les sites de nidification pour rejoindre l’océan et sont attirés par les éclairages. » 
 

Des conclusions accablantes

Car la pollution lumineuse est un vrai enjeu. Comme l’explique l’article, « l’Observatoire astronomique des Makes a mesuré localement son évolution » et a conclu que « désormais, il est quasi impossible d’observer les étoiles sur les 30 premiers degrés au-dessus de l’horizon à cause du halo lumineux qui entoure les villes du littoral. »

En 2001, Pierantonio Cinzano, Fabio Falchi et Chris Elvidge publiaient un premier « Atlas mondial de la luminosité artificielle du ciel nocturne ». L’article ajoute que « ces scientifiques s’appuyaient sur les données déclassifiées du Defense Meteorological Satellite Program (DMSP) américain. »

Par cette récente étude, ils ont pu désormais « dépouiller les mesures à haute résolution collectées par le satellite météorologique américain Suomi NPP : les données ont une résolution spatiale près de sept fois plus grande et une sensibilité 256 fois plus élevée que celles rassemblées par le DMSP. » Elles ont été « calibrées grâce à plus de 20 800 mesures de la luminosité céleste effectuées au sol sur tous les continents par des astronomes. »

Ce nouvel Atlas est publié « en ligne sur le site Science Advances » et « ses conclusions sont accablantes. » Il affirme en effet : « La pollution lumineuse s’est intensifiée depuis un demi-siècle, avec une augmentation moyenne de 6 % chaque année en Europe et en Amérique du Nord. 80 % de la population mondiale et plus de 99 % des Américains et des Européens vivent sous un ciel pollué par la lumière artificielle. La Voie lactée est cachée à plus d’un tiers de l’humanité, y compris 60 % des Européens et près de 80 % des Nord-Américains. »

Lire l'intégralité de l'article de ww.clicanoo.re ici.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche