RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
15/10/2015

Environnement : Greenpeace publie un rapport sur l'impact des pesticides





L’organisation non-gouvernementale Greenpeace a publié un rapport sur l'impact environnemental des pesticides utilisés par l'agriculture industrielle dans l'Union européenne. Ce rapport compile les données d'environ 250 publications scientifiques.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Afin de décrire « l'ampleur de la contamination de notre environnement par les pesticides et ses conséquences dramatiques pour certaines espèces vivantes », l’ING Greenpeace a publié un rapport sur l’impact environnemental des pesticides.

Un communiqué de Greenpeace revient sur les objectifs de ce rapport.

Une « addiction dangereuse »

Le communiqué souligne d’abord les propos de Suzanne Dalle, la chargée de campagne Agriculture à Greenpeace, qui affirme : « Les impacts néfastes des pesticides sur la santé et sur l'environnement sont de mieux en mieux connus par les scientifiques. Pourtant, l'utilisation de pesticides continue de progresser en Europe. Cette addiction dangereuse doit cesser. »

Le premier constat de ce rapport montre que « les pesticides ne sont pas assez précis pour atteindre uniquement les parasites ciblés et peuvent nuire considérablement à d'autres organismes, souvent bénéfiques pour les cultures. Ainsi, près d'un quart des espèces vulnérables ou en danger en Europe sont menacées par les effluents agricoles, dont les pesticides et les engrais. Certaines espèces sont particulièrement menacées : les abeilles, les oiseaux des champs ou encore les libellules et les amphibiens. »

Les pesticides mettent donc « en péril la biodiversité soit par un empoisonnement qui les touche directement, soit en perturbant la chaîne alimentaire : des prédateurs meurent de faim car les espèces dont ils se nourrissent deviennent rares à cause des pesticides. »

Le rapport de Greenpeace montre aussi que « les pesticides sont largement disséminés dans l'environnement. Ils sont transportés par l'air, l'eau et même par les tissus des organismes vivants, parfois très loin du lieu où ils ont été appliqués. En 2011 en France, 93% des cours d'eau et 63% des nappes phréatiques contenaient des pesticides. »

Enfin, l’ONG affirme qu’on ne peut pas se fier à la réglementation européenne, ajoutant que
« les lacunes de la réglementation des pesticides en Europe sont graves et nombreuses. On peut notamment relever que les ‘effets cocktails’ ou mélanges des pesticides ne font pas l'objet d'évaluations spécifiques. Ou encore que la capacité des pesticides à perturber le système endocrinien n'est toujours pas prise en compte. »
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche