RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
28/06/2012

Enjeux et espoirs de la médecine personnalisée




Depuis deux décennies le concept de médecine personnalisée anime le monde scientifique. Les avancées d'aujourd’hui laissent présager une révolution de la médecine. Mais les recherches prenant cette direction éveillent aussi les appréhensions des spécialistes de l'éthique.


Image: FreeDigitalPhotos.net
Image: FreeDigitalPhotos.net

Le concept de médecine personnalisée

Le précurseur de la médecine personnalisé n'est autre qu'un des leaders mondiaux de l'industrie pharmaceutique, Roches. Le concept a été développé dans les laboratoires de ce géant suisse, sur le constat que, les médicaments n’avaient pas le même effet selon les patients. Ainsi, Roches a démontré l'intérêt et l'efficacité de la médecine personnalisée, en introduisant le médicament Herceptine, dans les années 1990, ce dernier étant prescrit en fonction de l'effet qu'il a sur les patients. À la clé, des traitements toujours efficaces. Une avancée, qui ne peut certes être contestée, tant le nombre de patients subissant des effets secondaires peut être réduit. De plus, les traitements inefficaces peuvent être décelés avant d'être prescrits, ce qui évite bien des désagréments tels que les dépenses inutiles en médicaments, et le temps perdu. Mais s'il y a une chose qui peut être remise en cause, c'est l'orientation des recherches. En effet cette dernière pourrait prendre la direction d’un cadre non éthique.

Problème éthique

Encore à sa genèse, la médecine soulève déjà la question de l'éthique. C'est la problématique qu’évoque le professeur de philosophie morale et d'éthique appliquée à l'Université Laval, Marie-Hélène Parizeau, qui s'inquiète de l'aspect génomique et prédictionel. C'est durant un Café scientifique à Montréal que cette dernière s'interrogeait sur le but véritable des recherches, en se demandant publiquement, devant tous les scientifiques présents, si la médecine personnalisée a des fins uniquement thérapeutiques. Cependant, les vertus de cette dernière, attirent bien plus l'attention de la communauté, que le caractère éthique des recherches. Et dans une certaine mesure, cela se comprend, car elle permettra de prévenir bien des maladies et renforcera les effets curatifs des traitements, réduisant ainsi les hospitalisations et accélérant les processus de guérison. La question éthique revient en fait à exercer un contrôle au niveau des données recueillies dans l'ADN des patients. Les espoirs sont grands, car la médecine personnalisée ouvre la voie à une nouvelle ère.

La médecine du futur

La médecine personnalisée, bien que générant des appréhensions chez certains, en matière d'éthique, ouvre la voie à une médecine d’un nouveau genre. Plus précise, plus anticipatrice, moins coûteuse et plus efficace. Cinq approches se dessinent donc pour le futur. La médecine stratifiée tout d'abord, consiste à catégoriser les patients selon leurs réactions, à tel ou tel médicament. Ainsi, ne sont administrés aux patients, que des médicaments à l’effet curatif maximal sur leur organisme. Ensuite, il y a l'approche de vaccinations antitumorales, qui consiste à entrainer le système immunitaire du patient à se défendre contre les cellules tumorales. Puis l'approche de l'ingénierie tissulaire, qui permet la reconstruction des tissus avec l'implantation de cellules capables de se développer sur un tissu endommagé. Une voie est également ouverte à la thérapie génique, qui consiste à modifier le génome d'un patient afin d'éliminer les mutations créatrices de maladies. Enfin, l'approche qui suscite le plus d'engouement chez les médias, c'est le profilage du risque. Ici, il s’agit de prédire les maladies en analysant et séquençant le génome du patient. Ainsi, toute personne pourrait savoir à l'avance, quelles maladies elles pourraient contracter.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche