RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
15/12/2016

En Chine la RSE inclue « la responsabilité envers la nation »




D’après un classement du journal chinois Le Quotidien du Peuple, Alibaba est l’entreprise la plus responsable du pays. Le concept est de plus en plus populaire en Chine et, affirme le journal, le secteur privé semble suivre la mesure engagée par le public. Un classement qui, bien qu’atypique vu de chez nous, démontre pour le moins que le concept de RSE est devenu incontournable.


ILD
ILD

Le Quotidien du Peuple, vient de publier les résultats de son indice de responsabilité sociale de 110 entreprises chinoises de renom. « Ce rapport annuel, conjointement développé par le Centre de recherches juridiques sur les entreprises de l'Université JiaoTong de Shanghai et l'Institut des Sciences Politiques de l'Est de l'Université de sciences politiques et de droit de la Chine de l'Est (ECUPL), a noté que l'écart en matière de responsabilité sociale entre les entreprises privées et les entreprises publiques se réduit, du fait des progrès constants du secteur privé » explique le journal sur son site internet.

 

« Concrètement, le rapport souligne que les notes moyennes des entreprises privées en termes de responsabilité au sein même d'une société, envers la société et la nation se sont avérées plus élevées que celles des entreprises publiques, tandis qu'en matière de responsabilité pour le maintien d'un développement sain de toute une industrie, les notes moyennes étaient proches » continue l’article.


RSE à la chinoise

Le journal, qui est officiellement sur la ligne du Comité du parti communiste chinois, place en première position Alibaba. Le manque d’indépendance assumé du journal sur les positions du pouvoir chinois oblige à prendre avec prudence ces résultats. Cependant, l’existence même de cet indice montre que le concept de RSE s’est imposé aussi pour les entreprises chinoises. 

 

Alors que de nombreuses associations ou acteurs locaux fustigent le nom respect de normes sanitaires et environnementales des multinationales chinoises, notamment en Afrique, les entreprises adoptent le même langage que leurs concurrents occidentaux.

 

Si les mentalités évoluent, les indicateurs retenus pour cet indice démontrent bien que les prérogatives ne sont pas les mêmes que pour les groupes Français. « Selon le rapport d'indice, l'indice a été calculé sur la base de quatre indicateurs : l'auto-responsabilité, la responsabilité envers l'industrie, la responsabilité envers la communauté et la responsabilité envers la nation, et évalue les entreprises sur tous les aspects, allant des créanciers et du droit du travail, de la concurrence loyale, à la protection de l'environnement, les contributions en matière de philanthropie et de finances ainsi que la capacité d'innovation », conclue l’article. Qui imaginerait France Télévision élaborer un indice RSE avec les critères avancés par les universitaires chinois ?






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche