RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
19/08/2014

Embargo russe, la Commission européenne débloque 125 millions d’euros




En réaction à l’embargo russe sur les produits agroalimentaires, la Commission européenne vient de débloquer 125 millions d’euros. Cette décision, annoncée par communiqué, vise à aider les producteurs et éleveurs mais aussi à empêcher un effondrement des prix.


Embargo russe, la Commission européenne débloque 125 millions d’euros
Après avoir annoncé la semaine dernière qu’elle mettrait en place des mesures exceptionnelles, la Commission européenne vient de dévoiler qu’il s’agirait de 125 millions d’euros. Annoncée le 18 aout par communiqué cette décision a pour but de « déclencher des mesures d'urgences qui permettront d'indemniser le retrait de certains fruits et légumes du marché européen » en protégeant les producteurs mais aussi stabiliser les prix.
 
La mesure ne concerne pas tous les produits sanctionnés par la décision de la Russie. Bruxelles a fait savoir que seuls les carottes, tomates, choux blancs, poivrons, choux-fleurs, concombres et cornichons, champignons, pommes, poires, fruits rouges, raisins de table et kiwis pourront bénéficier de ce soutien.

Financement grâce à une réserve de crise

Etant donné la situation économique de l’Union européenne, la Commission s’est empressée d’expliquer que ces 125 millions provenaient de la réserve de crise qui s’élève à plus de 420 millions d’euros pour une année.

« Une fois formalisées, d'ici à quelques semaines, elles s'appliqueront de manière rétroactive à partir du 18 août et resteront en vigueur jusqu'à fin novembre.Grands fournisseurs de légumes périssables et de fruits à la Russie, la Pologne, la Lituanie, la Belgique et les Pays-Bas seront les principaux bénéficiaires de ce soutien, a précisé une source européenne » détaille le journal Le Monde. 

Ces mesures de crises vont éviter que les conséquences négatives de l’embargo ne frappent de plein fouet le secteur primaire. En revanche, il ne peut s’agir d’autre chose que de mesures d’urgence et les autorités européennes doivent essayer au plus vite de proposer des axes de résolution de cette crise. C’est dans cet objectif qu’une «  réunion exceptionnelle des ministres de l'agriculture doit avoir lieu le 5 septembre pour faire le point sur l'impact de l'embargo russe. En attendant, la Commission a indiqué qu'elle « n'hésiterait pas à soutenir d'autres secteurs », notamment le fromage et la viande. »
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche