RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
27/04/2015

Du bio-bitume à base d’algues pour les routes




Le CNRS a annoncé que les micro-algues étaient une alternative prometteuse au pétrole pour faire du bitume. Ce procédé est d’autant plus prometteur, explique le centre de recherche par communiqué, que la technique ne concurrence pas l’industrie alimentaire.


Du bio-bitume à base d’algues pour les routes
Début avril, un communiqué du CNRS est passé inaperçu. Il s’agit pourtant d’une nouvelle qui pourrait révolutionner l’industrie du bitume et du BTP : la mise au point d’un bio-bitume à base d’algues. « Les micro-algues constituent une source très prometteuse d'alternative au pétrole et ceci, sans concurrencer l'industrie alimentaire. Pour la première fois, elles ont été utilisées pour faire... du bitume ! » commence le communiqué du CNRS.

Pour arriver à des résultats concluants, des chercheurs de différents laboratoires et de professionnels ont été associés : «  des laboratoires Chimie et interdisciplinarité : synthèse analyse modélisation (CNRS/Université de Nantes), Génie des procédés − environnement − agroalimentaire (CNRS/Université de Nantes/ONIRIS/Ecole des Mines de Nantes), Matériaux pour infrastructures de transports (Ifsttar), Conditions extrêmes et matériaux : haute température et irradiation (CNRS), en collaboration avec l'entreprise AlgoSource Technologies, ont apporté la preuve de concept de ce bio-bitume, dont les caractéristiques sont très proches du « vrai » bitume de nos routes. »

Micro-algues, alternatives au pétrole

C’est une application de plus pour ces micro-algues dont le potentiel est déjà largement connu des scientifiques. Ces végétaux sont en effet utilisés comme colorants en cosmétique, comme compléments alimentaires et pour produire des biocarburants. « Aujourd'hui, les micro-algues font partie des alternatives prometteuses au pétrole. Avec le développement de procédés efficaces et rentables, de nombreux produits issus de l'industrie du raffinage deviendraient accessibles » explique le texte.
Pour mettre au point ce bio-bitume, les chercheurs du programme Algoroute des laboratoires de Nantes et d’Orléans « ont produit du bio-bitume en valorisant des résidus de micro-algues, issus par exemple de l'extraction de protéines hydrosolubles des algues pour l'industrie cosmétique. »
 
Malgré des différences notables avec le bitume classiques, certaines propriétés communes ont rendu possible l’opération chimique. « Liquide au-dessus de 100°C, le bio-bitume permet d'enrober les agrégats minéraux ; viscoélastique de -20 °C à 60 °C, il assure la cohésion de la structure granulaire, supporte les charges et relaxe les contraintes mécaniques. » Les scientifiques affirment par ailleurs que des recherches doivent encore être réalisées pour évaluer cette technique et envisager une production industrielle.
 
Voir ici le compte rendu du CNRS





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche