RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
12/01/2015

Développement durable et entreprise: une dépense qui vaut le coût

Jean Camier



Quand une entreprise réduit son empreinte écologique, elle diminue du même coup ses factures. Elle obtient ainsi un effet positif sur son coût de fonctionnement. Bilan : cette préoccupation environnementale, qui constitue le premier pilier RSE, s'affiche comme une valeur rentable.


Seule la moitié des 81 millions de cartouches d'impression pour imprimantes, photocopieurs et fax utilisées par an est réutilisée ou recyclée. Les responsables? Les petites et moyennes entreprises qui ne mènent pas, par manque de ressources en interne, de politique de développement durable.
 
Pourtant, le recyclage est facilement et rapidement rentable pour l'entreprise, comme tous ces "écoresponsables": éteindre lumière et appareils électriques, utiliser le covoiturage, ne pas imprimer ses mails ou encore trier le papier.
 
Car les économies peuvent être très importantes, comme l'explique Pierre Duschesne, directeur général du spécialiste énergétique Avob : "Nos technologies apportent une souplesse de gestion du poste de travail en appliquant des règles de bonne conduite, pilotées en centrale via une console de management et de reporting. Concrètement, nous connectons tous les équipements consommateurs d'électricité d'une PME à notre plate-forme dans le cloud. Ensuite, sur chaque ordinateur, nous installons une interface sur laquelle le collaborateur indique son sentiment 'énergétique' : j'ai froid, j'ai chaud, j'ai trop de lumière..." décrit-il.
 
Il s'agit de la "démocratie énergétique": en fonction du ressenti, le prestataire adapte alors la consommation de l'entreprise en watts aux besoins véritables. 

"En moyenne, cela engendre 60 % d'économies. Avec un retour sur investissement très rapide, inférieur à six mois", affirme le spécialiste. Et plus les chefs d'entreprise rationalisent leurs postes de consommation, plus l'incidence sur leur compte de résultat est importante."
 
Ainsi, "une PME parisienne de 80 collaborateurs qui restructure les consommables, l'électricité, l'eau et ses déchets, peut gagner jusqu'à 33 000 euros par an", selon l'association Riposte Verte."Pour mener à bien ce processus, le programme PM'up, créé par la région Île-de-France avec notre concours, apporte une aide financière aux PME / PMI franciliennes", poursuit le cofondateur de Riposte Verte, Cyril Hergott.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche