RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
01/10/2010

Des économistes de l'UC San Diego et du MIT pourraient permettre de mieux comprendre la vie financière de milliards de personnes

RSE Magazine



Les économistes Krislert Samphantharak de l'UC San Diego et Robert M. Townsend du MIT ont défini un cadre très avancé qui pourrait contribuer de
manière significative à l'évaluation et à l'analyse précise de la vie
financière des pauvres de ce monde.


Le manque d'un cadre cohérent permettant la collecte et l'organisation de
données relatives à la situation financière des ménages pauvres donne souvent
lieu à des données incohérentes ou à des analyses qui n'ont pas de sens
particulier. Cela entrave la capacité des chercheurs et des décideurs
politiques à prendre des décisions saines qui bénéficient réellement aux
pauvres.

Dans leur livre intitulé "Les ménages en tant qu'entreprises", publié
par les presses universitaires des Cambridge, Samphantharak et Townsend
mettent en place un cadre qui montre aux chercheurs comment créer des comptes
détaillés pour les ménages basés sur des principes de comptabilité financière
d'entreprise.

Les implications de ce travail sont importantes. Pour la première fois en
effet, les chercheurs disposent d'un outil logique et précis d'établissement
de comptes à partir des enquêtes auprès des ménages et de collecte de données
de manière systématique. En basant ces comptes sur les normes déjà largement
acceptées de la comptabilité financière d'entreprise, les données collectées
ont une précision bien supérieure et permettent des comparaisons sans
précédent entre ménages et régions.

Un autre aspect important de cette approche est le fait que les comptes
financiers des entreprises servent également de base au revenu national et
aux comptes de produit. Ces comptes des ménages peuvent donc être utilisés
pour estimer les contributions des petites entreprises domestiques au produit
intérieur brut (PIB) d'un pays, de la même manière que pour les plus grandes
entreprises.

Jonathan Morduch, de l'Université de New York et auteur de "Portfolios
of the Poor", a reconnu l'impact potentiel de cette approche. "Les
structures analytiques permettront aux économistes de mieux collecter des
données, de poser des questions plus précises, et de mettre en exergue des
parties importantes des vies économiques de milliards de personnes."

Krislert Samphantharak est Professeur associé à l'École de relations
internationales et d'études du Pacifique à l'Université de Californie, à San
Diego. Robert M. Townsend est titulaire de la chaire d'économie Elizabeth and
James Killian au département d'économie de l'Institut de technologie du
Massachusetts (MIT - Massachusetts Institute of Technology). Leur travail a
été rendu possible en partie par un don de la Fondation John Templeton et un
don de la Fondation Bill & Melinda Gates à l'Université de Chicago pour le
Consortium on Financial Systems and Poverty (http://www.cfsp.org ).

Source: Consortium on Financial Systems and Poverty




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche