RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
27/02/2017

D’ici 2023, le solaire pourrait créer 10 000 emplois




Les professionnels du secteur solaire ont commandé une étude pour évaluer les effets sur l’emploi du développement de cette source d’énergie. D’après eux, d’ici 2023, 10 000 emplois pourraient être créés pour atteindre un total de 25 000 emplois.


ILD
ILD
Le renouvelable est un modèle économique prometteur. C’est ce qu’assurent les professionnels du secteur depuis des années, espérant ainsi convaincre l’Etat et les investisseurs, que le développement de ces modes de productions d’énergie alternatifs ne sont pas des dépenses à perte. Ainsi, avancent Les Echos , « Satisfaits de la trajectoire définie par le gouvernement actuel en matière de solaire, les acteurs de la filière veulent démontrer ses avantages -notamment en termes d'emplois- aux candidats à l'élection présidentielle, afin qu'elle ne soit pas remise en cause. Le syndicat professionnel Enerplan (avec notamment l'Ademe et le think-tank France Territoire Solaire) a ainsi commandité une étude prospective à un consortium de cabinets (I-Care, E-Cube et In Numeris). »

Il ressort de ce travail près de 10 000 emplois pourraient être créés dans le solaire d’ici 2023 : 6 200 direct et 3 600 indirects pour être précis. Si l’on ajoute ces prévisions aux 11 500 actuels, la filière solaire pourrait au total dépasser la barre des 20 000. Des chiffres qui supposent cependant que la direction prise par le gouvernement soit maintenue lors du prochain quinquennat. « Après plusieurs années de creux ayant suivi le moratoire de 2010, la ministre de l'énergie Ségolène Royal a fixé une trajectoire ambitieuse pour le solaire, inscrite dans la PPE publiée en octobre dernier : grâce à des appels d'offres réguliers, l'objectif est d'arriver, pour le photovoltaïque, à une fourchette de 18,2 à 20,2 gigawatts (GW) installés en 2023, soit entre 11 et 13 GW supplémentaires par rapport à aujourd'hui » rappelle le quotidien économique.

Des éléments qui font apparaitre la principale faiblesse de ce secteur qui vit sous perfusion publique et dont les variations de subventions restent la principale vulnérabilité. Sur ce point, la situation pourrait évoluer : « L'étude veut aussi pointer la forte baisse du coût pour la collectivité des installations solaires, encore largement subventionnées aujourd'hui. Compte tenu du coût estimé à venir de l'électricité solaire (fermes au sol ou toitures), le soutien tomberait de 76 euros par mégawattheure (MWh) aujourd'hui à 51 euros en 2023, à comparer à 335 euros pour les installations historiques (entre 2006 et 2015). Soit, selon les calculs des experts, entre 600 millions et 1,1 milliard d'euros par an (en fonction de l'évolution des prix de marché) à compter de 2023 (et sur 20 ans). A rajouter aux 2,47 milliards annuels liés aux installations anciennes. »






1.Posté par Grangeon le 01/03/2017 14:59
10 000 emplois créés mais en Chine ???
Depuis six ans, chaque fois qu'une étude sur les énergies renouvelables est commandée, elle trouve 10 000 emplois, et c'est normal puisqu'on interroge toujours les mêmes professionnels et qu'on ne vérifie pas avec l'Insee.
Il va déjà falloir enlever les 200 + 150 emplois = 350 de la filière Bosch Sillia qui vient de déposer le bilan ce mois ci et qui était considérée comme la principale filière française
Alors emplois créés en Chine ???

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche