RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
19/06/2012

Connaissez-vous l’hydrolienne ?




En septembre 2011, EDF lançait sa première hydrolienne à capacité industrielle. Cette turbine géante est désormais installée près des côtes de l’île de Bréhat et constitue le résultat d’un important travail de recherche destiné à investir le marché de cette nouvelle technologie.


Connaissez-vous l’hydrolienne ?
Haute de 21 mètres et lourde de 1000 tonnes, la première hydrolienne d’EDF est une imposante création. Construite par la DCNS sur ses chantiers à Brest, cette technologie est le résultat d’un travail de longue halène réalisé dans le cadre d’un appel d’offres d’EDF pour fourniture et l’installation de quatre hydroliennes au large du site de Paimpol-Bréhat.
S’étant porté candidat, DCNS a tout d’abord investi 14 millions d’euros en participation dans le capital de la société OpenHydro, une société irlandaise leader dans les énergies marines. L’association de compétence de pointe de DCNS en ingénierie marine et de celles d’OpenHydro en matière d’hydrolienne a ainsi débouché sur la conception d’un nouveau modèle de turbine de 16 mètres de diamètre spécialement conçue pour EDF.
 
L’hydrolienne est une technologie très prometteuse pour les énergies renouvelables. Fonctionnant sur le même principe que les éoliennes, ces turbines mettent à profit la force des courants marins pour produire de l’électricité. Particulièrement fort et prévisibles, car liés aux marées, ces courants marins confèrent à l’hydrolienne une capacité de production d’énergie à la fois prévisible et importante.
La technologie hydrolienne est également plus productive que son homologue éolienne. La densité de l’eau, considérablement plus importante que celle de l’air, permet à une hydrolienne de produire la même quantité d’énergie qu’une éolienne tout en étant bien plus compacte. Les turbines hydroliennes étant pour la plupart entièrement immergées, elles se font donc également beaucoup plus discrète que les éoliennes.
 
L’utilisation de cette technologie à des fins industrielles révèle son arrivée à un nouveau stade de maturité. Avant septembre 2011 en effet, quelques hydroliennes dont la plupart sont expérimentales fonctionnaient autour du monde. À terme, EDF prévoit de doter le site de Bréhat de 3 turbines supplémentaires. Celles-ci seront alors reliées au réseau EDF et l’approvisionneront en énergie à hauteur de quelque 2 mégawatts.
La France est dotée d’un potentiel hydrolien important. Avec ces nombreuses côtes, l’Hexagone est en effet dispos en effet d’importante capacité encore inexploitée. L’utilisation de ses courants marins pourrait à terme permettre de produire jusqu’à 3,5 gigawatts d’électricité ce qui équivaudrait à 3 ou 4 % de la production hexagonale. À l’heure actuelle toutefois, la technologie hydrolienne est certes prometteuse, mais aussi très couteuse. L’énergie hydrolienne coute à EDF près de huit le prix de sa revente sur le marché. L’équilibre d’une exploitation profitable de cette technologie reste donc à trouver pour EDF et ses partenaires.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche