RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
16/09/2014

Commission européenne, le regroupement de l’Environnement et de la pêche inquiète

Jean Camier



Le président de la nouvelle Commission européenne, Jean-Claude Juncker a décidé de regrouper le portefeuille de l’Environnement avec celui de la pêche. Les militants et défenseurs d’une politique environnementale plus ambitieuse y voient le signe d’un changement dans l’ordre des priorités de l’exécutif européen.


Commission européenne, le regroupement de l’Environnement et de la pêche inquiète
La répartition des rôles et des portefeuilles sont analysés à la loupe par les militants environnementaux. Et lorsque  Jean-Claude Juncker, le nouveau président de la Commission européenne, décide de regrouper l’Environnement avec la Pêche, l’information est accueillie avec suspicion. La nouvelle Commission s’est pourtant défendue par avance de toute critique de ce choix en expliquant qu’il s’agissait d’un regroupement qui visait à plus d’efficacité. En rassemblant la direction générale de l’environnement avec celle des affaires maritimes, l’exécutif européen souligne « les logiques jumelles de la croissance ‘bleue’ et de la croissance ‘verte’. »
 
Par ailleurs, pour éviter d’être suspecté de tièdeur en matière environnementale Jean-Claude Junker a souligné le « rôle-clé » de la politique de l’environnement, notamment en matière de création d’emplois. Selon lui, la législation européenne a déjà bien avancé et il faut désormais réfléchir en terme de développement et de croissance. Idée astucieuse s’il en est. La situation économique est difficile et le message environnemental doit plus que jamais être attaché à une vision réaliste de la situation.

Associations et militants ne sont pas convaincus par les arguments de M Junker. Dans une lettre ouverte des associations environnementales ont dénoncé  ce qu’ils estiment  être « l’arrêt de la politique environnementale de l’Union européenne. » Selon elles, cette décision est contestable aussi parce qu’il existerait un vrai consensus communautaire sur l’utilité de mettre en place une cohérence générale sur les questions d’environnement.
 
Par ailleurs, comme le relève le site novethic.fr, dans un article très détaillé sur le sujet, « la personnalité du commissaire en charge du portefeuille est aussi controversée. Le Maltais Karmenu Vella n’a aucun bagage sur l’environnement. Et Malte est même l’un des pires élèves de l’UE en la matière. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche