RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
21/07/2017

Audi rappelle 850 000 véhicules pour baisser leurs émissions




Juste après que son concurrent Daimler (Mercedes) prenne la même décision, Audi vient d’annoncer le rappel de 850 000 véhicules diesel pour limiter leurs émissions. Avec cette démarche la marque du groupe Volkswagen espère empêcher qu’un certain nombre de modèles ne soient ponctuellement interdits de centre-ville. Mais pourquoi ne pas avoir fait cette petite démarche antipollution avant ?


Audi annonce le rappel gratuit des véhicules de sa marque équipés de moteurs V6 et V8 TDI des normes Euro 5 et Euro 6. Un charabia qui inclue tout de même 850 000 véhicules diesel. La raison de ce rappel ? « Le rappel consistera, en accord avec l'agence fédérale de l'automobile KBA, chargée des homologations de véhicules en Allemagne, à installer un nouveau logiciel afin d'améliorer "le comportement de (leurs) émissions dans les conditions réelles de conduite", explique pudiquement Audi » rapporte l’Agence France presse.

La décision a été prise à la suite de celle du concurrent Daimler, propriétaire de Mercedes, qui a rappelé 3 millions de véhicules diesel. Le tout dans un contexte politique allemand tendu autour des moteurs qui polluent : « Le débat sur le sort à réserver aux véhicules diesel, dont les émissions polluantes (NOx) sont supérieures à celles des véhicules essence, fait actuellement rage en Allemagne, près de deux ans après l'éclatement du scandale des moteurs diesel truqués de Volkswagen. Les pouvoirs publics, pris en tenaille entre le souci de ne pas léser l'industrie automobile et leurs obligations en matière de santé publique, ont convoqué un sommet de crise sur le diesel, qui réunira le 2 août à Berlin responsables politiques et constructeurs automobiles » raconte l’AFP.

En rappelant autant de modèles d’un coup pour les rendre plus performants en termes d’émissions de pollution, les constructeurs espèrent couper l’herbe sous le pied du législateur et des grandes villes qui sont tentées de limiter ponctuellement l’accès du centre aux véhicules les plus polluants.

Reste qu’on se demande pourquoi ces efforts sont fait au pied du mur et en catastrophe. Si polluer moins pour ces voitures nécessitent une simple intervention gratuite pourquoi cela n’a-t-il pas été fait avant ? L’agence de presse publique française avance un début de réponse : « Les constructeurs, pas seulement allemands, ont pendant des années profité de ce que beaucoup jugent être une faille dans la réglementation européenne, désactivant le filtrage des émissions polluantes dans certaines conditions, par exemple en cas de températures extérieures basses au motif que cela protégeait les moteurs. »






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche