RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
23/08/2016

Au Mexique le boom de l’avocat favorise la déforestation et le crime organisé




L’explosion de la consommation d’avocats aux Etats-Unis et en Europe a d’abord été une excellente nouvelle pour l’économie mexicaine. Il semble aujourd’hui que le bilan soit moins réjouissant avec une déforestation massive et un intérêt tout particulier du crime organisé pour ces cultures très rentables.


ILD
ILD
Le journal Le Monde vient de publier un article passionnant qui montre l’envers du décor de la culture de l’avocat au Mexique. Alors que la consommation de ce fruit est en plein explosion aux Etats-Unis et en Europe, les conséquences positives sur l’économie mexicaine ne sont pas le seules à mériter d’être relevées.

L’ « or vert » comme est désormais surnommé l’avocat est un source d’enrichissement notamment pour l’Etat du Michocan dans l’Ouest du pays, a métamorphosé la campagne. « Vu du ciel, des pans entiers de forêt sont zébrés de champs d’avocatiers sur les flancs des montagnes boisées du Michoacan. La région concentre les quatre cinquièmes de la production nationale d’avocats. Cette terre volcanique au climat tempéré sied au fruit, dans un pays qui en est le premier producteur mondial, avec près du tiers de la récolte. En trente ans, les plantations sont passées de 31 000 à 118 000 hectares, selon le ministère de l’agriculture. En 2015, la production a atteint 1,6 million de tonnes, en hausse de 6,6 % en un an » raconte le quotidien français.
 

« Face cachée de ce succès économique »

« Face cachée de ce succès économique : la destruction des forêts de pins, dont certains endémiques. « Les agriculteurs plantent clandestinement des avocatiers au milieu des pins », explique Victor Manuel Coria, le directeur de l’Institut national de recherches forestières, rattaché au ministère de l’agriculture. « C’est un travail de fourmi, sur plusieurs années. Petit à petit, ils coupent les branches, puis les troncs desséchés. » » continue Le Monde. C’est une catastrophe notamment pour la faune locale particulièrement précieuse qui est touchée par la déforestation et les pesticides.
La France, deuxième importateur d’avocats derrière les Etats-Unis, fait partie des pays qui ont découvert il y a quelques décennies ce fruit pour très vite en consommer en masse.

Résultat, « devenu plus cher que certains métaux, le fruit suscite la convoitise du crime organisé. En 2013, les habitants de plusieurs villages du Michoacan ont pris les armes, exaspérés par les rackets d’un cartel de la drogue, qui tentait de s’emparer de leur or vert dans cette zone stratégique de la production de marijuana et de méthamphétamines. « Au début, ils nous demandaient 1 000 pesos par hectare, puis ils ont voulu prendre une partie de nos terres », raconte un producteur sous le sceau de l’anonymat » lit-on plus loin.

Lire ici en intégralité l’article du journal Le Monde
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche