RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
09/09/2014

Aménagement côtier du Var, accord entre la France et le PNUE

Jean Camier



Début septembre un accord a été signé entre la France et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). Il s’agit d’un programme d’aménagement côtier pour le département du Var. Des études scientifiques et des plans de gestion du littoral sont prévus à partir de 2014 jusqu’en 2017.


Creative Commons - Pampelonne
Creative Commons - Pampelonne
« Ce 4 septembre 2014, l'Ambassadeur délégué pour l'environnement, M. Xavier Sticker, a signé, au nom du Gouvernement français et avec le Programme des Nations Unies pour l'Environnement / Plan d'Action pour la Méditerranée (PNUE/PAM) un accord sur l'aménagement côtier du département du Var » annonce la Préfecture du Var par communiqué.
 
Le Var devient ainsi le premier territoire français à « poser les bases d'un programme d'aménagement côtier entièrement intégré, reposant sur la coordination de tous les acteurs concernés : les services départementaux de l'Etat, les collectivités locales, et en particulier le Conseil Général, le Conservatoire du Littoral, l'Agence régionale de l'eau, l'Agence régionale pour l'environnement, l'IFREMER, le Parc national de Port-Cros, ainsi que le PNUE/PAM, qui apportera son assistance. »

825 000 euros pour la période 2014-2017

L’accord que la France a signé avec le PNUE/PAM sera en œuvre jusqu’en 2017. Avec un budget de 825 000 euros, il doit aider à financer des études scientifiques sur le front maritime et son aménagement. Par ailleurs, il vise à « préparer concrètement la gestion et la valorisation du port du Manteau (La Seyne sur Mer), l'aménagement de mouillages écologiques destinés à la plaisance dans la baie de Pampelonne (Ramatuelle) et la relocalisation des activités de la plaine côtière du Ceinturon (Hyères), confrontées aux risques littoraux. »
 
En conclusion du communiqué, la Préfecture du Var affirme que cet accord va permettre de créer une cohérence générale dans l’aménagement du territoire du département. Ainsi, grâce à l’aide des Nations Unies, «il s'agira de contribuer à un meilleur accès à la mer pour tous, le long de notre littoral grâce à un meilleur maillage des activités balnéaires et maritimes, ainsi que de prendre en compte tous les usagers de la mer dans le respect du développement durable. » Mais aussi de « mieux gérer les sites portuaires et leur arrière-pays, de prévenir les risques de pollution, d'anticiper l'impact des pressions de toute nature subies par notre littoral et d'adapter nos stratégies territoriales en conséquence. »
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche