RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
10/07/2015

Airbus envoie son appareil solaire au-dessus de la Manche




Vendredi 10 juillet, Aribus Group l’E-Fan, bimoteur électrique du groupe, va traverser la Manche pour démonter les capacités de l’appareil. De Lydd en Grande Bretagne à Calais-Dunkerque, l’aéronef qui doit devenir un avion-école suit les traces de Louis Blériot, premier aviateur à avoir survolé la Manche en 1909.


« Beau temps, belle mer, le Pas-de-Calais se présente sous un jour souriant à quelques heures de la traversée de l’E-Fan, le bimoteur électrique développé par Airbus Group en vue de produire un avion-école. Le prototype, piloté par Didier Esteyne, doit décoller de Lydd, un aérodrome côtier du Kent, vers 10 h 15 » rapporte Le Point.
 
Cette performance a pour objectif de marquer les esprits et démontrer que le groupe européen avance dans son développement technologique. A l’image de l’appareil Solar Impulse (notre article), les objectifs sont de plus en plus ambitieux pour un secteur qui balbutie.
 
Continuant le récit de la performance, le magazine Le Point, explique que « l’avion mettra cap plein est au-dessus de la mer, pendant 38 milles marins ou 70 km, pour atteindre l’aérodrome de Calais-Dunkerque, situé un peu à l’ouest de la ville de Calais. Coupant les deux "rails" le long desquels cheminent les cargos, il rejoindra la côte française au niveau du cap Blanc-Nez après 29 milles de survol maritime à basse altitude. »

Hommage à Louis Blériot

Le choix du parcours ne doit évidemment rien au hasard. L’appareil qui ne pèse pas plus de 660 kilos, va suivre les pas de Louis Blériot qui a été le premier à survoler la Manche le 25 juillet 1909. « Quelques différences, toutefois, note l’hebdomadaire du jeudi. Blériot était parti de France pour arriver en Angleterre. Son trajet suivait un axe sud-est nord-ouest parcourant les 37 kilomètres de la Manche entre Sangatte et les falaises de Douvres en trente-deux minutes. C’est sensiblement le même tracé que celui du tunnel transmanche creusé un siècle plus tard. Équipé d’un train d’atterrissage relativement fragile, l’E-Fan ne peut décoller d’un champ ni atterrir dans une prairie. Aussi doit-il utiliser les pistes bitumées des aérodromes de Lydd et de Calais. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche