RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
06/03/2015

Agriculture, pour l’Inra la solution c’est le biocontrôle

Sébastien Arnaud



Dans un communiqué l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) explique que le bicontrôle est un moyen fiable pour maintenir un bon niveau de production en gardant en vue la protection de l’environnement et de la santé. Des pistes sérieuses semblent se dessiner dans ce domaine.


« Des méthodes de lutte ont été développées et ont permis de maintenir un bon niveau de production. La plus largement utilisée dans les conditions de production actuelle reste la lutte chimique, qui n'est pas sans conséquence pour l'environnement et la santé humaine. Un effort majeur est engagé depuis quelques années pour proposer des solutions alternatives efficaces » affirme l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), en préambule d’un communiqué sur le biocontrôle.

Ce concept est défini par l’Institut « comme un ensemble de méthodes de protection des cultures basées sur le recours à des organismes vivants ou des substances naturelles. » Il s’agit donc d’un point clé dans les discussions actuelles autour de l’agro-écologie.

Quatre catégories d’approches en biocontrôle

« La volonté de réduire la dépendance de l'agriculture aux pesticides de synthèse stimule de façon croissante l'innovation dans le domaine du biocontrôle » continue le texte. Ainsi, les chercheurs affirment avoir mis l’accent sur cet aspect.  « Depuis plusieurs années des recherches dans le domaine du biocontrôle et développe des collaborations avec les entreprises privées pour proposer des solutions innovantes » lit-on plus loin.

Réaffirmant la nécessité de faciliter la mise sur le marché de produits alternatifs, l’Institut liste les quatre catégories d’approches en biocontrôle. Il s’agit : « des macro-organismes (insectes, nématodes, etc.), des micro-organismes (virus, bactéries ou champignons), des médiateurs chimiques (phéromones) ou des substances naturelles d'origine minérale, végétale ou animale. »

Avec une approche scientifique, l’Inra démontre son positionnement réaliste. Il est en effet impensable de proposer aux agriculteurs de remplacer leurs produits chimiques efficaces par des substances plus respectueuses de l’environnement mais qui affecteraient les rendements. Ce n’est qu’en rendant compétitive les exploitations écologique que la révolution du secteur primaire peut advenir. Démonstration l’agro-éologie ne peut convaincre que si elle est accompagnée d’un nouvel effort dans le soutien à la recherche.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche