RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
28/04/2017

Afrique, la lutte contre la corruption doit être prise en main par les entreprises

Sébastien Arnaud



La corruption est une maladie économique et politique qui coûterait jusqu’à 25% du PIB de certains pays africains. Un niveau endémique qui rend difficile l’action individuelle. Pourtant il existe des solutions et les entreprises peuvent être moteur dans le domaine.


ILD
ILD
La corruption est présente dans tous les pays du monde. Il est évidemment impossible de faire disparaître totalement ces pratiques, comme toutes les formes de délits. En revanche, le fait que l’on puisse observer des disparités très importantes selon les pays et même les zones géographiques en dit long sur le rôle des institutions et de la gouvernance dans le domaine.
 
Un article du site spécialisé Afrik.com met en avant les effets de la corruption dans les affaires et les solutions qui se présentent aux entreprises pour agir. L’article rappelle d’abord en s’appuyant sur les chiffres d’institutions continentales africaines que la corruption coûte environ 25% du PIB à certains pays, une perte de recettes fiscales annuelles de l’ordre de 50% et une hausse des prix de l’ordre de 25%. « En parallèle, les entreprises africaines font face à une législation mondiale qui s’accélère et à des donneurs d’ordre internationaux de plus en plus exigeants. Pour répondre aux standards mondiaux et conquérir de nouveaux marchés, elles s’arment d’outils inédits. A la clé, l’accès à des marchés exigeants en matière d’intégrité, et le développement d’un cercle vertueux garant de la pérennité des affaires » explique Afrik.com.
 
Les exigences des grands groupes occidentaux qui doivent de plus en plus afficher des critères vertueux dans leur choix de partenaire locaux sont un levier efficace, mais pas le seul. Les solutions gouvernementales et judiciaires ne font jusqu’ici pas leurs preuves sur le continent et le travail de prévention doit aussi être accentué. « La corruption est avant tout l’arme de l’entreprise en manque de performance, qui peine à innover, à s’adapter, et répondre aux besoins de son marché mieux que ses concurrents. Comment faire de la lutte anti-corruption un facteur de compétitivité ? Cette question était au cœur des deux formations qu’ACTE International a organisé dans la semaine du 10 au 14 avril à Casablanca » rapporte l’article.

Des normes managériales, la prise de décision collégiale, l'organisation des rapports avec les organes institutionnelles et politiques mais surtout le développement d'un savoir-faire et de compétences sont des outils internes qui peuvent permettre à l'entreprise de lutter à son échelle. 

Lire en intégralité l’article du site Afrik.com





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche