RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
20/09/2016

Abattoirs, des mesures ambitieuses pour lutter contre les maltraitances animales

Sébastien Arnaud



Le rapport d’enquête parlementaire sur les abattoirs et les maltraitances vient d’être publié avec soixante-cinq propositions dont la vidéosurveillance, le renforcement des sanctions et des contrôles plus réguliers. Des mesures qui visent à éviter de futurs scandales comme ceux liés à la publication d’images volées d’abattages sordides.


ILD
ILD
Les deux scandales liés à la publication d’images dans des abattoirs est à l’origine de la création de cette enquête parlementaire sur la condition de mise à mort des animaux. « Après des mois de travail, l'heure est aux conclusions. La commission d'enquête parlementaire sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie, créée en mars, a présenté son rapport ce mardi. Son président, Olivier Falorni, a détaillé en fin de matinée les conclusions de son équipe pour éviter les manquements dans les abattoirs » rapporte un article du journal Le Figaro.

Soixante-cinq propositions sont avancées pour mettre fins aux pratiques révélées par l’association de défense des animaux L214. « Filmées en caméra cachée dans des établissements d'abattages, les images levaient le voile sur des pratiques violentes, irrespectueuses des règles sanitaires et de celles visant à limiter la souffrance animale. L'association, hostile aux abattoirs, réclamait de longue date une commission d'enquête sur ce sujet. Elle a poursuivi la diffusion de vidéos, augmentant encore davantage l'exigence, de la part des consommateurs, d'améliorations dans le contrôle de l'abattage des animaux » précise l’article.
 

Caméras, sanctions accrues et contrôles surprises

Parmi les mesures avancées par les parlementaires, l’installation de la vidéosurveillance dans les endroits où les animaux sont conduits ou abattus. « La mesure est avancée depuis un certain temps mais reste polémique: les professionnels s'inquiètent d'une possible surveillance de la cadence des salariés. Elle devrait donc être assortie d'une interdiction des images «pour toute autre finalité que le bien-être animal» » explique Le Figaro.

Enfin, entre autres, l’enquête parlementaire préconise des visites surprises pour contrôler ainsi que le renforcement des sanctions. Les punitions pourraient être plus sévères en étant notamment qualifié en délits en cas de récidives.

Lire en intégralité l’article du journal Le Figaro sur les recommandations de l’enquête parlementaire





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche