RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
02/02/2017

​Ségolène Royal veut un malus sur les bouteilles de lait non recyclables




La ministre de l’Environnement s’est prononcée pour l’instauration d’un malus sur les bouteilles de lait en plastique non recyclables. S’appuyant sur les accusation d’une association, Ségolène Royal veut s’assurer que l’utilisation de ces emballages très polluants ne soient plus intéressants financièrement. Des accusations largement exagérées si l’on en croit les organismes de tri et de recyclage.


ILD
ILD
Ségolène Royal a lancé les démarches pour mettre en place un malus sur certains types de de bouteilles de lait en plastique. Tout est parti des déclarations de l’ONG Zero Waste dont la branche française a déclaré que certaines bouteilles en plastiques opaques qui ne se recyclent pas sont de plus en plus utilisées par les industriels. « Contrairement au PET transparent ou au PEHD des bouteilles de lait traditionnelles, ces bouteilles sont en effet composées d'un type de plastique bien spécifique, le PET opaque, qui ne se recycle pas ! » avait assuré l’association.

En réaction, citée par Le Parisien, la ministre a annoncé avoir « demandé aux éco-organismes (chargés d'organiser la collecte et le tri, ndlr) dans un délai de quinze jours de me faire une proposition pour mettre en place un malus sur les bouteilles de lait en plastique opaque, afin qu'elles ne présentent plus d'avantage en termes de coût pour les industriels de l'agroalimentaire. » La ministre a même évoqué l’idée d’interdire ses bouteilles tant qu’il n’existait pas de moyen pour les recycler.

Des déclarations pour le moins imprudentes puisqu’il semble que les observations de Zero Waste aient été exagérées, si l’on en croit l’organisme Eco-Emballages qui s’occupe de la collecte et du recyclage. Eco-Emballages a en effet expliqué qu’il était « faux » d’affirmer que les bouteilles opaques ne sont pas recyclables. « Elles le sont, mêlées à des bouteilles en PET transparent, et ce recyclage ne pose aucun problème à condition que leur proportion par rapport au volume traité ne dépasse pas 15%, avait expliqué le directeur général d'Eco-Emballages, Jean Hornain » précise Le Parisien. Le quotidien ajoute ensuite que cette proportion est désormais dépassée et qu’il existe donc tout de même un problème posé par ces bouteilles.
 
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche