RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
13/10/2017

​Ouverture d’une piste cyclable en énergies renouvelables




Une piste cyclable de 800 mètres vient d’être ouverte au niveau du Centre Portuaire de Montoir de Bretagne. Avec des éclairages et des accès sécurisés alimentés par du renouvelable, la piste est autosuffisante en énergie.


DR Port de Saint Nazaire
DR Port de Saint Nazaire
L’autonomie énergétique grâce au renouvelable, c’est l’avenir des structures de villes. Le projet de piste cyclable près d’un port breton en est la démonstration parfaite. L’infrastructure qui relie un terminal à l’entrée de l’usine General Electric et au centre portuaire de Montoir de Bretagne vient d’être terminée. « Elle a la particularité d'être autonome en énergie grâce à un ilot composé de panneaux solaires et d'une éolienne. Quatre dalles équipées de panneaux photovoltaïques, plus une éolienne perchée à huit mètres de haut pouvant prendre le relais les jours sans soleil... La piste cyclable qui vient d'être mise en service et qui rejoint le site de GE Renewables utilise une énergie 100 % renouvelable pour alimenter l'éclairage et le système de sécurisation des accès (un tourniquet avec badge) » précise le communiqué du port de Saint Nazaire.

A l’origine du projet venait de l’observation que beaucoup de salariés du terminal effectuait la fin du trajet en trottinette ou en vélo sur les mêmes routes chargées de voitures. Désormais sur 800 mètres les travailleurs de la zone peuvent rouler tranquillement. « La construction de cette piste cyclable représente une démarche écoresponsable globale qui se traduit sur différents plans. En effet, afin de parvenir à l'autonomie énergétique complète, il a d'abord fallu choisir une configuration nécessitant une consommation minimale (..) Enfin, la piste a été conçue pour limiter la pollution lumineuse : la nuit, les lumières s'éteignent automatiquement si personne n'y circule » explique le commuiqué. De son côté, Pascal Raulot, un des ingénieurs du projet ajoute que « La consultation intégrait également plusieurs contraintes liées à l'écologie et à l'économie circulaire : le prestataire retenu devait s'engager à minimiser l'impact sur l'environnement et réaliser un bilan carbone, ou encore réutiliser des matériaux comme le fraisât de routes. » Un projet utile et propre qui répond bien aux nouvelles exigences de l’urbanisme en misant sur un structure autonome.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche