RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
08/03/2017

​Comment Suez environnement veut accompagner l’agriculture durable

Sébastien Arnaud



Avec une augmentation de 70% de la production agricole d’ici 2050, les modes de production économes en ressources vont devenir de plus en plus nécessaires. Suez environnement publie un communiqué dans lequel l’entreprise explique vouloir jouer un rôle d’accompagnement de l’agriculture durable, notamment en protégeant les réserves en eau.


ILD
ILD
L’épuisement des terres cultivables se poursuit aux quatre coins du monde et les besoins alimentaires explosent. Face à cette équation difficile à résoudre, Suez Environnement veut se positionner comme une des solutions dans la meilleure gestion des ressources. Dans un communiqué l’entreprise remarque que « Les agriculteurs de tous les pays font aujourd'hui face à un double défi : améliorer la productivité et la rentabilité des cultures tout en préservant les ressources. Dans les années à venir, la gestion des ressources en général, et de l'eau en particulier, sera une question critique. »

« Les données du problème sont simples à comprendre et complexes à résoudre. La population sera en 2030 de 9 milliards d'habitants contre 7 aujourd'hui. Une croissance qui implique, selon la FAO, une augmentation de 70% de la production agricole d'ici 2050. Seule la mise en place de solutions performantes permettant aux agriculteurs d'améliorer la productivité tout en préservant les ressources, notamment en eau (aujourd'hui 70% de l'eau consommée est utilisée pour l'agriculture), permettra de relever ce défi » continue le texte.

Il faut donc éviter de simplement produire plus mais essayer de produire mieux. Une logique qui mérite d’être étudiée pour que la technologie permette de mieux gérer les ressources plutôt que de céder aux sirènes des OGM ou des pesticides. « Conscient de ces enjeux, SUEZ s'engage à accompagner les agriculteurs dans une démarche d'économie circulaire et d'amélioration continue de leurs pratiques : diminution de la consommation d'eau et d'engrais tout au long du cycle de production et valorisation de la matière organique » avance l’entreprise. D’autant qu’une gestion plus efficace de l’eau pourrait permettre à des pays en situation de stress hydrique de développer leur agriculture et donc d’utiliser de nouvelles terres pour faire face à la demande.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche