RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
12/06/2017

​Avec ou sans Trump, des institutions américaines veulent respecter l’Accord de Paris




L’annonce par Donal Trump de finalement désengager les Etats-Unis des Accords de Paris a été un choc planétaire. Dans le pays, des Etats, municipalités, entreprises et organisations ont réagi en annonçant qu’elles allaient s’atteler à respecter les engagements pris lors de la COP21.


ILD
ILD
Quel paradoxe. Dans un pays où l’intervention de l’Etat central de Washington est un sujet de profonde discorde, les engagements de la Maison Blanche sont annoncés comme des réalités tangibles depuis l’élection de Donald Trump. De fait, que le nouveau président annonce des mesures chocs ne veut pas pour autant dire qu’elles seront respectées dans tous les Etats du pays. Le refus de Donald Trump de respecter les Accords de Paris, ne signifie en rien que le pays tout entier accepte de rester le deuxième pollueur au monde sans faire d’effort.

Pour ce qui est des négociations internationales la Maison Blanche est complètement aux commandes. Mais pour ce qui est de la réalité sur le terrain c’est autre chose. En matière d’écologie notamment et de développement durable, les instituions des Etats, des villes et la société civile ont un impact direct. Alors quand Donald Trump décide de retirer le pays des Accords de Paris ou de démembrer l’Agence de protection de l’environnement (voir ici notre article), tout n’est pas pour autant perdu.

« En première ligne face à l'Etat fédéral : les Etats, puissants, de Californie et de New York, suivi par celui du Washington. Leurs gouverneurs - tous démocrates- ont annoncé jeudi qu'ils formaient une «alliance pour le climat». Ces trois Etats, qui représentent ensemble près d'un cinquième de la population américaine et plus d'un cinquième du PIB américain, «sont déterminés à atteindre l'objectif américain de réduction de 26 à 28% des émissions de gaz à effet de serre» par rapport à 2005, a souligné le gouverneur de New York, Andrew Cuomo » rapporte Le Parisien.

Une réaction organisée qui s’ajoute aux nombreuses initiatives d’entreprises, de représentants de la société civile. « Les organisations professionnelles sous-signées, représentant les architectes du monde, expriment leurs totals engagements de contribuer à bâtir un monde durable et répondre aux objectifs fixés par l'accord de Paris sur le climat. Les zones urbaines représentent plus de 70 % de la consommation globale des énergies et émissions de CO2, provenant principalement des constructions » avance par exemple le communiqué de l’Institut Américain des architectes. Sans direction nationale précise ou aides financières et techniques de Washington, l’heure est à la responsabilité et aux initiatives personnelles.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche